Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Des humeurs et des jours

Anachroniques contemporaines

Femmes, compliments, bonheur, moineaux et marionnettes....

Femmes, compliments, bonheur, moineaux et marionnettes....

Difficile de passer, en ce lendemain du 8 mars, sur les pages et les pages que les journaux ont consacré à la Journée de la Femme, ou plus exactement – et c’est essentiel – à la Journée Internationale de la Femme.

Cette journée est issue de l'histoire des luttes féministes menées sur les continents européen et américain. Le 28 février 1909, une Journée nationale de la femme est célébrée aux États-Unis à l'appel du Parti socialiste d'Amérique. L’Internationale socialiste des femmes célèbre le 19 mars 1911 la première Journée internationale des femmes et revendique le droit de vote des femmes, le droit au travail et la fin des discriminations au travail. Des rassemblements et manifestations ont dès lors lieu tous les ans.

Ce n'est qu'en 1977 que les Nations unies officialisent la journée, invitant tous les pays de la planète à célébrer une journée pour les droits des femmes. C’est une journée de manifestations à travers le monde : l’occasion de revendiquer l'égalité et de faire un bilan sur la situation des femmes dans la société.

La cause des femmes est bien évidemment une cause majeure.

On peut se poser tout de même des questions sur cette manie de dédier, tout au long de l’année, des journées à des causes dont le moins que l’on puisse dire c’est qu’elles présentent des intérêts très divers.

L’ONU, elle-même, donne l’exemple… La Journée internationale pour les droits des femmes n’est que l’une des 87 commémorations annuelles reconnues ou initiées par l'ONU.

Mais ce n’est pas tout…

Sur le plan international, en intégrant le programme de l’ONU, ce sont en réalité 422 commémorations officielles qui sont organisées chaque année.

Je ne résiste pas à l’envie de vous citer une liste – très sélective ! – de ce qui nous attend en ce mois de mars 2016.

Nous avons donc déjà vécu :

  • 1er mars : Journée mondiale de la protection civile
  • 1er mars : Journée mondiale du compliment
  • 4 mars : Journée mondiale de lutte contre l'exploitation sexuelle
  • 4 mars : Journée mondiale du tennis

Et, bien sûr :

  • 8 mars : Journée Internationale de la Femme

Maintenant, il faut vous préparer pour la suite…

Et la suite commence dès demain avec :

  • 11 mars : Journée Mondiale de la plomberie (accessoirement, c’est également mon anniversaire, mais ça ne figure pas au calendrier international des commémorations)

Cette journée inoubliable sera suivie immédiatement par :

  • 12 mars : Semaine internationale de la courtoisie au volant
  • 14 mars : Semaine nationale de lutte contre le cancer
  • 21 mars : Journée mondiale du rangement de bureaux
  • 21 mars : Journée Mondiale de la Poésie
  • 21 mars : Journée mondiale de la marionnette
  • 25 mars : Journée de la procrastination (la procrastination, c’est l’art de remettre toujours au lendemain ce que l’on peut faire le jour même… donc, il est tout à fait possible que la Journée de la procrastination, prévue le 25 mars, ne se déroule que le 26, voire le 27 mars…)

Ah non ! Car le 27 mars est déjà pris :

  • 27 mars : Journée nationale du fromage
  • 27 mars : Journée nationale du sommeil

Et nous terminerons ce joli mois avec le printemps et :

  • 29 mars : Journée mondiale de l'allaitement

Dans cette longue liste – très partielle je vous le rappelle – je dois confesser une tendresse particulière pour le 20 mars. Je l’ai noté soigneusement sur mon agenda. Ce jour-là se tiendront conjointement, en même temps que la Journée de la Francophonie :

  • La Journée mondiale du bonheur
  • La Journée internationale du macaron
  • Et surtout, la Journée mondiale du moineau

Je ne sais pas pour vous, mais cette énumération interminable – pensez, 422 événements chaque année ! – me donne à moi un sentiment mitigé : d’un côté, il y a une réelle poésie – comme dans la liste de Prévert – à mettre côte à côte des combats aussi disparates que le rangement des bureaux et la discrimination raciale, et, il faut le reconnaître, d’un autre côté il y a ce sentiment gênant que tout cela est inutile et peut se résumer à une simple gesticulation médiatique.

Vous voulez mon avis ? C’est même un conseil : Oubliez les femmes le 8 mars prochain, en 2017, et pensez-y tous les autres jours de l’année.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article