Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Des humeurs et des jours

Anachroniques contemporaines

Superflu et nécessaire...

Superflu et nécessaire...

Il arrive que des faits ordinaires de la vie quotidienne vous tsunamisent l’esprit.

Il y a, dans une rue de Pau, un homme, visage buriné et sombre, tête baissée, accroupi, les jambes croisées, toujours installé à la même place, toujours vêtu de la même veste militaire, qui regarde défiler d’un œil vide et le temps et les passants … Il est installé là depuis tant d’années qu’il semble faire partie du paysage urbain (comme cet aveugle qui jouait de l’accordéon près de la bijouterie Arnautou lorsque j’étais enfant). Selon les jours et le trottoir que j’emprunte, il m’arrive de passer sans même le regarder ; parfois, je m’arrête et je lui donne une pièce qu’il ne réclame d’ailleurs jamais. C’est ce que j’ai fait ce matin-là du très pluvieux printemps béarnais. Je tends deux euros trouvés au fond de ma poche, en accompagnant mon geste d’un bonjour faussement désinvolte … L’homme ne me regarde même pas. Une toute petite dame, bien vieille et chichement habillée, me suit. Elle est courbée sur une canne et traine un cabas. Je l’ai déjà vue plusieurs fois au marché déambulant lentement dans les allées, achetant une pomme ou une tranche de jambon blanc … Elle s’arrête, fouille dans son sac, en tire une pièce jaune qu’elle donne sans rien dire à l’homme accroupi. Celui-ci lève la tête, son visage s’éclaire ; il sourit et il lui souhaite une bonne journée.

Peut-être que, comme dans l’histoire de la pauvre veuve de l’évangile, n’avais-je donné qu’un peu de mon superflu, alors que la vieille dame avait donné de son nécessaire.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article