Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Des humeurs et des jours

Anachroniques contemporaines

Les demains troublés de l'ami Jean

Je croise Jean dans la rue. On se coude et puis, naturellement, on se parle. De tout et de rien. Quelques petits échanges anodins comme il nous arrive parfois d’en avoir. Par politesse…
Pourquoi lui dis-je, ce jour-là, en quelques phrases brèves tout le bénéfice que je tire de ma situation actuelle de jubilateur * ? Sans doute, un mot égaré dans notre conversation m’a mis sur la voie… Oui, ça doit être ça, il a dû utiliser le mot retraite – mot qui me hérisse, comme presque tous les mots qui commencent par « re » : remord, revanche, regret, retour…
Jean ne me répond pas. L’air boudeur, il fait mine de réfléchir longtemps, puis, se campant bien droit face à moi, il me tient ce discours surprenant :
« A l’heure exacte de la mise en retraite, on bascule d’un coup de calendrier du « nous » au « je ». On ne dit plus le très collectif « Nous allons faire ça… », mais on se contente d’un piteux « je fais ça… », marqueur de solitude. En une seconde, il faut faire le singulier et furtif apprentissage de l’individuation radicale. La petite voix qui, au fond de soi, rechigne à mentir nous murmure l’évidence rimbaldienne du « Je est un autre », mais cet « autre » est obstinément « Je », autre enfer – sartrien pour le coup – qui nous renvoie à ce nouveau statut d’antiquaire improbable des mémoires désormais inutiles et des futurs prévisibles. »
Un peu désemparé par ce propos, je tente mollement de positiver l’état d’homme libre et libéré qui est le nôtre désormais. Je dis à Jean qu’il faut trouver un peu de poésie dans tout cela… Il me répond agacé :
– La Poésie… La poésie dans tout cela, bordel ! Elle se niche parfois – désespérante constatation – dans quelques bribes de nuits sans sommeil, agitées de songes inavouables. Quand vient l’heure du réveil – lourd –, on s’écrie : « Encore là, toi ! », et l’on se traite en ricanant d’inutile et d’encombrant… Et l’on n’a plus que la force de laisser passer le jour qui vient. »

* Néologisme tiré de jubilación (système de retraite en Espagne)
 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article